• Lisa Heinrich

Fitness Challenges, soyez vigilants !



Dans cet article :

- Le principe

- Qui sont ces influenceurs ?

- Quels sont les points de vigilances ?

- Comment choisir son programme ?

- Quelques ressources utiles


On voit fleurir toutes sortes de challenges sportifs sur les réseaux sociaux, « Summerbody », « postpartum », « Fit Up » … Proposés par des influenceurs et youtubeurs fitness, que valent vraiment ces programmations ?


Le principe


Des ebooks offrant (façon de parler bien sûr, ces ebooks se vendent autour de 40 à 50€) des programmes fitness à faire chez soi sur une dizaine de semaines. Ces programmes sont promus par des personnalités du fitness grâce à des photos de rêve sur Instagram et des avant/après plus que spectaculaires. Ces programmes présentent la plupart du temps toujours les mêmes exercices, seules les répétitions et l’intensité varient.


Qui sont ces influenceurs ?


D’après la loi, dans la vie “réelle”, “l’encadrement rémunéré d’une activité sportive ne peut se faire sans un diplôme d’état reconnu et enregistré au répertoire national des certifications professionnelles”. Mais dans la vie “en ligne”, pour ce type achat d’un programme d’entraînement sur Internet, il n’y a pas d’obligation légale d’être diplômé de quoi que ce soit.

Effectivement, après quelques recherches on peut rapidement se rendre compte qu’aucun de ces influenceurs n’a de diplôme dans le domaine du sport et de fitness.

En France, un éducateur sportif doit justifier d’un diplôme d’état et de ce fait d’une carte professionnelle. Si vous avez un doute, vous pouvez faire vous-même la recherche sur le site EAPS (le portail de télédéclaration des éducateurs sportifs) et avoir ainsi accès à la liste des diplômes d’un coach (si diplôme il y a).


Pour pallier à ce léger désagrément légal, les influenceurs communiquent sur le fait que leurs programmations sont « validées par des coachs sportifs »… Je ne sais pas pour vous, mais personnellement je n’irais pas chez un coiffeur ou un dentiste non diplômé mais dont la technique serait « approuvée » par des professionnels. Alors pourquoi le faire avec l’activité sportive ? Peut-être parce qu’on ne mesure pas tout à fait les risques.



Quels sont les points de vigilances ?


Aucune ou très peu d’indications de postures !


Ces programmes vendus comme « tous publics » sont en réalité rarement adapté à un public débutant ou n’ayant jamais pratiqué dans une salle ou une autre structure. Il y a pourtant pléthore d’indications à donner pour bien réaliser un exercice et surtout pour le faire sans danger (position du bassin, des genoux, sollicitation de la sangle abdominale, protection des lombaires…).

Le contenu est très maigre voire inexistant à ce sujet et pour quelqu’un qui aurait déjà des antécédents de douleurs au niveau du dos ou des genoux par exemple, cela pourrait avoir des conséquences très désagréables.


La même programmation pour tout le monde


Ces programmes partent du principe que tout le monde a le même niveau de départ… pire encore, ils ne tiennent pas compte de l’âge, d’un potentiel surpoids pouvant gêner les mouvements, de la condition cardio etc… (un peu comme dans les mesures par IMC – voir article précédent)


Quand je vois qu’au bout de la 2e semaine il peut être demandé de faire 5x30 secondes de corde à sauter et , quasiment sans pause, je suis un peu fâchée.

commentaire fitness, personne démotivée car n'arrive pas à faire les exercices demandés
Commentaire trouvé sur le blog Slowcreativité.com

D’abord, je trouve que c’est beaucoup pour quelqu’un qui commence ou qui reprend l’activité physique et qui n’a peut-être pas l’habitude de solliciter son cardio. Ensuite, ne pas proposer de variantes ou de joker va très vite placer les pratiquants en situation d’échec… pas la meilleure manière de commencer ou de finir sa journée et surtout, de rester motivé !



La communication autour des programmes


Beaucoup de visuels avant/après sont visibles sur les réseaux sociaux, et les influenceurs vont forcément afficher les changements les plus spectaculaires. Or, tous les pratiquants ne verront pas l’évolution qu’ils souhaitent avoir aussi rapidement et cela peut devenir frustrant d’être toujours renvoyé à l’image des akC’est une bonne chose de vouloir bouger, faire de l’exercice et modifier ce qui ne nous plait pas, mais je trouve personnellement que ce genre de procédé n’aide pas à apprécier ce qu’on voit dans sa glace le matin… Difficile de se satisfaire des petits changements que l’on peut voir au quotidien quand on nous montre des transformations radicales sur les réseaux sociaux.


QUID des abdominaux hyperpressifs ?


Muscle du grand droit, abdominaux
Le grand droit abdominal en rouge

D’abord, une petite explication (sans trop rentrer dans les détails, cela fera l’objet d’un futur article) : en sollicitant ses abdominaux de la mauvaise manière, il peut y avoir de grandes conséquences sur votre santé. En effet, le raccourcissement du grand droit (le muscle abdominal le plus en surface, vous savez les fameuses tablettes) qui rapproche les épaules des hanches a un effet néfaste sur le dos. Il peut aussi accélérer les descentes d’organes et induire une incontinence du faire de la pression exercée sur les organes et sur le plancher pelvien. Les abdominaux qui augmentent cette pression sont dits hyperpressifs.


Les femmes sont naturellement plus vulnérables que les hommes (même s’ils ne sont pas épargnés) car naturellement, entre la vessie et le rectum il y a l’utérus mais aussi un vide : le vagin.

Et là, c’est le moment où je suis colère (vous allez voir il y a plein de points d’exclamation).

Comment est-il possible, dans une programmation spécifiquement destinée aux femmes de proposer autant de mouvements d’abdominaux hyperpressifs (je vois des Sit up à raison de 40 répétitions sans pause… POUR DES DEBUTANTS !) alors qu’il existe une quantité d’alternatives ?!

L’une de ces alternatives, c’est notamment l’utilisation de mouvement d’abdominaux dits hypopressifs offrant la possibilité de renforcer la sangle abdominale sans augmenter la pression voire de créer des pressions négatives dans l’enceinte abdominale.


Comment choisir son programme ?


Le tableau n’est pas tout noir non plus. De bons programmes existent et de nombreux blogs les testent pour vous et vous font des bilans assez complets sur les aspects positifs et négatifs. N’oubliez pas de comparer et surtout : regardez les commentaires. Un communauté ça sert aussi à ça, cela permet l’échange et le retour d’expérience.

Enfin, on ne vous le dira jamais assez : écoutez votre corps, si vous sentez une gêne ou une douleur lors d’un exercice, même si vous pensez le faire parfaitement, ne forcez pas.

Je vous conseille par exemple ce blog, que je trouve très complet et qui a écumé pour vous de très nombreux programme : FitnessFriandises.fr



Quelques ressources utiles


Pour conclure cet article, je souhaitais partager avec vous quelques ressources qui peuvent vous être utiles :


- La chaîne Youtube Major Mouvement, tenue et animée par un kiné et qui traite de nombreuses problématiques liées à l’activité physique.

Vous y trouverez un nombre impressionnant de vidéos très bien documentées et vulgarisées pour en comprendre davantage sur les blessures, postures et exercices possibles





- Le livre du Docteur Bernadette de Gasquet : « Abdominaux, arrêtez le massacre ». Dedans vous trouverez une explication détaillée de ce que sont les abdominaux hypopressifs ainsi que des exercices type à réaliser chez soi (elle est également l'auteure d'un autre ouvrage "Périnée, arrêtez le massacre")




Sources :


https://slowcreativite.com/top-body-challenge-de-sonia-tlev-tbc-avis/

https://www.fitnessfriandises.fr/2015/10/top-body-challenge-mon-avis/

Abdominaux, arrêtez le massacre ! - Méthode Abdologie de Gasquet par Bernadette de Gasquet - Éditeur Marabout




54 vues0 commentaire